GSY REVIEW | PC, PS4, Xbox One Lundi 26 novembre 2018 | 12:00

GSY Review : Darksiders III

GSY Review : Darksiders III

Six ans que l’on attend sans trop y croire la suite de Darksiders II, pourtant souvent moins apprécié que son prédécesseur, qui avait créé la surprise à sa sortie en 2010. Après la récupération de la licence par Nordic Games (devenu depuis THQ Nordic), on pensait bien que Darksiders III finirait par montrer le bout de son nez, mais les projets plutôt modestes de l’éditeur laissaient craindre le pire pour la suite des aventures des Cavaliers de l’Apocalypse. Pourtant, après un simple rendez-vous Gamescom, l’équipe de Gamersyde s’est mise à y croire dur comme fer, convaincue par la courte démo dévoilée par l’équipe de développement. Bien que nous n’ayons pas encore terminé cette nouvelle aventure, nous vous livrons tout de même un premier verdict basé sur plus de seize heures de jeu, au cours desquelles nous aurons tout en même vaincu quatre des sept boss qui se dressent contre Fury.






La cabane du pécheur

Avec des événements qui se déroulent en parallèle du tout premier opus, Darksiders III signe le retour de la franchise créée par Vigil Games, dont certains membres ont fini par rejoindre Gunfire Games chez THQ Nordic pour travailler sur cette suite quasi inespérée. L’éditeur autrichien nous propose ici son premier titre réellement majeur, qui s’inscrit dans une feuille de route bien établie depuis quelques années maintenant. Après le rachat de nombreuses licences et la sortie de plusieurs remasters de jeux essentiellement issus du catalogue THQ, voici donc une première création originale pour l’entreprise basée à Vienne et son écurie de studios. Après War et Death, c’est au tour de la mage Fury de prendre les armes pour tenter de rétablir l’équilibre dans notre monde menacé par l’Apocalypse, une approche moins masculine mais pas moins brutale pour autant. Plus impertinente que ses camarades, plus vindicative et remontée aussi, la cavalière part en chasse des sept péchés capitaux, qui ont échappé à la vigilance du conseil et sont donc libres de semer le trouble sur terre. L’excuse parfaite pour donner à Fury l’occasion d’affronter sept boss aux thématiques bien distinctes, des adversaires qu’elle devra au préalable pister dans un monde certes plus étriqué qu’autrefois, mais totalement interconnecté.

Le scénario se dévoile au travers de scènes cinématiques mettant en avant le tempérament de feu de Fury et celui des personnages hauts en couleurs qu’elle va croiser. Un petit regret concernant ces cutscenes d’ailleurs, puisqu’elles restent malheureusement bloquées à 30 images par seconde sur PC. Les différents personnages rencontrés sont évidemment totalement fidèles à la mythologie Darksiders, et l’on croise également quelques figures emblématiques de la franchise, à commencer par l’inoubliable War, ce dès les premières minutes de l’aventure. Si nous n’avons pas encore atteint le dénouement du jeu et que notre vision de l’intrigue n’est, de fait, pas globale, nous pouvons vous confirmer que les divers échanges entre les protagonistes sont toujours aussi plaisants que par le passé. Ils nous ramènent donc une fois de plus à des souvenirs bien lointains, à l’époque bénie où Soul Reaver et sa/ses suite(s) nous comblai(en)t de ses dialogues shakespeariens. On a beau ne pas y retrouver la fine écriture de la désormais célèbre Amy Hennig, on apprécie toujours autant le côté brute de décoffrage des personnages nés de l’imagination de Vigil Games. Le doublage en anglais est toujours de grande qualité, avec juste ce qu’il faut d’exagération pour bien coller au style comics de la direction artistique, et le reste de la bande son ne déçoit pas non plus, celle-ci conférant au jeu une ambiance particulièrement réussie.



Darksoulders 3

Là où Darksiders II embrassait une approche RPG basée sur le loot et l’obtention de nouvelles pièces d’équipement, ce troisième volet revient plutôt aux fondamentaux de la série posés par l’aventure de War. L’aspect collecte se contente donc de fournir au joueur divers items de soutien la majeure partie du temps, mais lui donne aussi accès aux ressources nécessaires pour lui permettre d’améliorer ses armes ou son personnage. Il est néanmoins à noter que Darksiders III ne dispose d’aucun arbre de compétences, la progression de Fury se faisant par le biais de trois caractéristiques (vie/force/pouvoir), que l’on fait progresser en niveau en fournissant à Vulgrim les âmes des adversaires vaincus. On retrouve donc ce système bien connu des amateurs des deux opus précédents, mais aussi bien sûr de la série des Souls. À ce sujet d’ailleurs, on ne peut s’empêcher de trouver à ce Darksiders III un lien de parenté un peu plus marqué avec les jeux de From Software. Pour commencer, il y a le fait d’avoir rendu le monde plus interconnecté que dans Darksiders I et II, avec parfois des raccourcis qui permettent de revenir à Vulgrim. Ce dernier, qui fait évidemment toujours office de marchand, apparaît en plusieurs endroits du monde et sert aussi de point de respawn quand Fury perd la vie.

À chaque mort, la cavalière laisse derrière elle les âmes qu’elle transportait, mais peut les récupérer en retournant sur les lieux où elle est passée de vie à trépas. Une fois de plus, difficile de ne pas penser aux Souls, même si l’approche de Gunfire Games est un brin plus souple. En effet, sauf erreur de notre part, mourir avant d’avoir pu récupérer vos âmes n’entraîne pas leur disparition, et il vous arrivera parfois de retomber sur une petite réserve d’âmes que vous ne vous étiez pas embêté à aller chercher sur le moment. En ramassant certains items, Fury pourra également augmenter son capital d’âmes en les utilisant via le menu, à la manière de Dark Souls une fois de plus. De même, les offrir à Vulgrim augmentera progressivement le palier nécessaire pour obtenir les points d’expérience qui servent à faire monter les trois caractéristiques dont nous parlions plus haut. On retrouve d’ailleurs la même contrainte pour les items de soutien que l’on peut acheter à la créature, chaque achat entraînant une hausse des prix pour le prochain. Darksiders III pénalise cependant moins le joueur à ce niveau que dans les jeux de From Software, qui ont à cœur d’empêcher le farming trop facile. On gagne donc assez régulièrement en niveaux, donnant à la progression un aspect d’autant plus motivant que le gain de nouvelles capacités se fait lui aussi graduellement, à mesure que l’on avance dans l’histoire.

Ces compétences sont liées à ce que le jeu appelle les “hollows”, des formes ou pouvoirs donnés par l’un des personnages clefs de cet opus pour permettre à Fury d’atteindre de nouvelles zones - et d’être plus à même de vaincre ses ennemis. On obtient tout d’abord le hollow de feu qui, en plus d’octroyer une arme supplémentaire (c’est le cas de chacune de ces formes), permet à Fury de bondir plus haut, en ajoutant une impulsion supplémentaire après son double-saut. C’est ensuite à celui de la foudre que l'on a droit, celui-ci permettant de planer grâce aux courants d’air verticaux que l’on trouve dans certains lieux. Le troisième hollow a déjà été dévoilé dans une vidéo promotionnelle puisqu’il s’agit du hollow de force, de couleur violette. En plus de l’arme qui l’accompagne (une masse assez imposante), il donne à Fury la capacité de se transformer en une forme étrange qui peut progresser le long de certaines parois recouverte d’une pierre ressemblant à un mélange entre l’améthyste et la pyrite. N’ayant pas encore découvert le quatrième et dernier hollow, nous ne pourrons vous en parler précisément et nous en sommes navrés, mais voilà qui vous garantit une lecture sans trop de spoilers. En donnant à la fois au joueur de nouvelles possibilités de déplacement, mais également des attaques spécifiques liées au hollow utilisé, Darksiders III s'assure de ne pas segmenter trop son expérience, en proposant un tout cohérent qui s'avère utile dans toutes les phases de jeu (affrontements, puzzles et exploration).



Méthode Fouet

Le système de combat repose toujours sur l’esquive, Fury ne pouvant pas bloquer les coups adverses comme les héros sans nom de la série des Souls. En évitant une attaque avec le bon timing, il est possible de lancer un contre dévastateur dont la puissance dépend de l’arme utilisée (et de son niveau bien sûr - nous y reviendrons). Très mobile, Fury jouit d’un panel d’attaques virevoltantes très chorégraphiques qui la rendent assez réactive face à ses ennemis. L’arme principale (le fouet) est assignée à la touche X (ou carré sur PS4) tandis que le hollow équipé (on en change en combinant Lb et l’une des touches de façade) demande, lui, d’appuyer sur Y (ou triangle) pour l'utiliser. En fonction du rythme avec lequel on appuie sur les boutons, du temps de pression ou des enchaînements choisis entre les armes, on accède aux différents combos, dont l’utilité varie selon les adversaires rencontrés. Pour éviter une attaque, il ne faut pas hésiter à abuser de la touche Rb (il n'y a pas de jauge d'endurance), un ralenti indiquant un timing parfait et la possibilité de contre-attaque immédiate. Fondamentalement, le système de combat est plutôt simple d’accès, et rien ne vous empêche de vous contenter de certaines combinaisons pour remporter la victoire, mais il fonctionne parfaitement bien, et surtout, les affrontements ne sont jamais à prendre à la légère. Même dans le niveau de difficulté équilibré (il en existe trois supérieurs), la moindre rencontre peut rapidement se solder par la mort de Fury si vous n’y prenez pas garde, tout particulièrement quand les ennemis sont en surnombre.

Si la caméra est parfois à mettre en cause pour expliquer une défaite cuisante, le fait est que les créatures que l’on rencontre tapent fort et, sauf exception, ne restent pas dans leur coin en attendant sagement que vous leur fassiez mordre la poussière. Une flèche discrète vous indique les attaques qui arrivent par derrière, mais l’esquive devant être dirigée dans la bonne direction pour éviter le coup, il n’est pas toujours simple de se sortir de la mêlée, surtout quand on se trouve dans un espace confiné ou contre un mur. Comme les zones de jeu sont nettement moins aérées que dans Darksiders II, cela peut s’avérer problématique lors de certaines rencontres hostiles, en dépit du système de lock, toujours présent bien sûr. Ce dernier n’est en effet pas toujours irréprochable quand on essaie de l’activer et que la caméra n’est pas dirigée vers les ennemis. Malgré tout, on finit par s'y habituer, tout comme on s’en était déjà accommodé dans les deux épisodes précédents. Après avoir vaincu les trois premiers boss du jeu, Fury récupère également une lame boomerang qui n’est pas sans rappeler celle de War dans le premier opus. N’ayant pas la possibilité d’attaquer à distance comme Death (même si la contre-attaque du hollow de foudre peut lancer un éclair sur l'adversaire lorsque celui-ci se trouve un peu trop loin), ce nouvel équipement vient agrandir les capacités offensives de la cavalière. Il faudra néanmoins prendre le temps de l’améliorer auprès du géant Ulthane pour qu’il soit vraiment efficace en combat.

Grâce à Vulgrim, il est toujours possible de voyager rapidement à travers le monde, soit pour revenir sur ses pas et se frayer un chemin dans une nouvelle zone grâce à un nouveau pouvoir, soit pour rejoindre le Créateur, qui se fera un plaisir de faire augmenter le niveau de vos armes, ou de renforcer les améliorations que vous pouvez équiper sur chacune d'entre elles - pour y ajouter des effets supplémentaires. Pour ce faire, vous pourrez acquérir les ressources nécessaires auprès de Vulgrim ou les dénicher comme en grand en fouillant les différentes zones du monde de fond en comble. Le retour chez Ulthane n'étant jamais imposé, il faudra faire attention à ne pas oublier de faire un tour dans son repère de temps en temps, d'autant que les humains que vous sauverez sur votre route (un service que le géant vous demande en début de jeu malgré la forte réticence de Fury) pourront vous valoir quelques petites récompenses. Pour terminer sur tout ce qui a trait aux combats dans le jeu, parlons enfin des deux jauges qui habillent le HUD dans le coin supérieur gauche de l'écran. La première, rectiligne et placée sous la barre de vie, permet de déclencher une furie spécifique à la forme de Fury (celle de base, quand elle arbore ses cheveux violet, ou celles qui correspondent à chacun des hollows). La seconde, en spirale, lui donne la possibilité de se transformer en une créature bien plus imposante pendant quelques secondes, ce qui permet aussi bien de causer plus de dégâts à ses adversaires que de régénérer sa barre de vie. Sans grande surprise, les deux jauges se remplissent à chaque coup que vous porterez, ou en utilisant l'item de soutien adéquat le cas échéant.



Vulgrim Fandango

Plus présente pour le plaisir de placer un bon mot de plus dans cet article que pour laisser entendre que Darksiders III propose des énigmes au niveau de l'illustre jeu d'aventure de Tim Shafer, cette partie va néanmoins s'intéresser à un autre pan du gameplay de la série ressuscitée par THQ Nordic : sa dimension plus cérébrale. N'y allons pas par quatre chemins, si nous n'avons jamais considéré les puzzles des deux épisodes précédents comme étant particulièrement revêches, nous sommes pour le moins déçus par ceux de ce troisième volet. Contrairement au tout premier jeu, où il fallait parfois passer un bon moment dans une même pièce pour actionner divers mécanismes et atteindre la sortie, tout se passe ici bien plus rapidement. Au départ, le jeu a souvent recours à de gros insectes capables de détruire certaines parois en ingérant une matière qui les rend explosif ou inflammables selon le type. Cela permet par exemple à Fury de se frayer un passage au travers d'épaisses toiles d'araignée, du moins avant qu'elle ne soit en possession du son premier hollow. La propagation du feu sur ces mêmes toiles est également mise à contribution, toute la "subtilité" de l'énigme consistant alors à trouver le bon endroit où "allumer la mèche" pour que le brasier déclenche un premier mécanisme, tandis que Fury foncera vers le second pour le frapper dans le bon timing et faire apparaître un pont de pierre. Plus tard, on retrouvera des manipulations similaires à celle du premier Darksiders, la lame boomerang servant à actionner un certain nombre d'interrupteurs (des épées montées sur des statues) pour lui ouvrir la porte qui bloque l'accès à la salle suivante. Quelques exemples qui tendent à montrer que les développeurs n'ont pas nécessairement voulu que le rythme du jeu soit ralenti par des énigmes trop longues.

De même, nous avons trouvé que l'aspect plateforme, pourtant si cher à ses deux prédécesseurs, est nettement moins mis en avant dans Darksiders III. Si Fury dispose bien d'un double-saut, de plusieurs capacités qui lui permettent de se déplacer de diverses manières, elle ne peut en aucun cas grimper le long des parois ou s'accrocher au plafond comme le faisaient ses deux frères d'armes, War et Death. Il y a bien la transformation lié au hollow de force, mais on se contente de suivre un rail en maintenant la touche A (ou croix) appuyée jusqu'à destination. Bien sûr, la série n'a jamais demandé au joueur de faire preuve d'une incroyable dextérité pour se sortir des phases de plateforme. Le gameplay a même toujours été très assisté à ce niveau, mais qu'il s'agisse du premier volet ou du second, on progressait bien plus régulièrement grâce aux acrobaties des deux héros que dans cette suite. Il y a bien le fouet qui sert de grappin de temps en temps (au passage, on apprécie de ne pas voir apparaître une énorme icône indiquant la touche sur laquelle il faut appuyer, Fury n'étant pas Lara Croft), mais le jeu n'abuse pas de cette mécanique (c'est heureux) et on passe finalement plus de temps à courir (ou sprinter, car c'est désormais possible) qu'à sautiller ou se balancer. Est-ce véritablement préjudiciable pour le jeu ? Difficile à dire, car il s'agit là véritablement d'une histoire de goûts. On se contentera donc de laisser chacun juger de ce petit changement d'orientation et d'attendre le retour des joueurs à ce sujet. Toujours est-il que Darksiders III conserve néanmoins une grande partie de son ADN initial, l'exploration et le backtracking ayant toujours droit à une place de choix dans les ingrédients qui composent la recette finale.



Mage day one

Passage obligé de n'importe quelle review Gamersyde, nous allons évidemment vous parler de la partie visuelle du jeu, et de son aspect technique. Tout d'abord, si l'absence de Joe Madureira aux commandes vous inquiétait, sachez que la direction artistique si particulière de la série a bien été respectée dans ses moindres détails. Il faut dire que le dessinateur américain avait déjà travaillé sur le design des autres Cavaliers de l'Apocalypse à l'époque, ce qui a certainement beaucoup aidé l'équipe actuelle. Ceci étant dit, les nouveaux personnages et les différents boss sont parfaitement intégrés dans l'univers, et ne dépareillent donc pas avec le reste. Côté environnements, c'est une fois de plus le premier épisode qui semble avoir servi de modèle, puisque l'on arpentera des décors beaucoup plus réalistes que dans Darksiders II, qui penchait nettement plus vers la fantasy à notre sens. On retrouve donc des paysages qui mettent en avant les vestiges de la civilisation humaine, métro tombé en décrépitude, rues encadrées par des immeubles imposants, etc. On croise également des structures un peu plus anciennes dans les profondeurs de la terre, ou encore des zones aquatiques dans lesquelles on peut plonger (ou même marcher quand on est équipé du hollow de force). Sans aller jusqu'à parler d'un renouvellement de tous les instants, on parvient tout de même à bien distinguer les différentes zones, qui sont pourtant toutes interconnectées. Sachant qu'il nous reste en principe trois boss à affronter (dont un que nous venons d'atteindre), nous n'avons pas encore tout vu de ce que Darksiders III peut offrir, mais nous avons déjà pu admirer quelques bien jolis tableaux.

Il existe pourtant une petite ombre dans le ciel apocalyptique du jeu de Gunfire Games. En dépit d'une machine encore tout à fait correcte aujourd'hui (i7 6700k cadencé à 4.5 Ghz et GTX 1080 Ti), la fluidité de la version PC que nous avons eue entre les mains pour les besoins du test n'est pas irréprochable, même en 1080p. Tournant sous Unreal Engine 4, un moteur qui peine parfois à proposer une expérience totalement fluide lorsqu'il est utilisé par des studios tiers, Darksiders III souffre de quelques ralentissements, dont certains sont peut-être dus au chargement de la map. C'est notamment le cas quand on se retrouve en vue subjective dans des conduits d'aération (méthode classique pour masquer le streaming justement) ou quand on arrive dans certaines zones. Il arrive également que certains effets que l'on déclenche pendant les combats mettent légèrement à mal la stabilité du framerate, sans que cela ne soit jamais pénalisant pour le joueur toutefois. Nous aurions certes pu le passer sous silence, d'autant que rien ne dit qu'un patch Day One ou l'arrivée de nouveaux drivers ne pourraient pas gommer ces petits problèmes, mais l'expérience nous dit qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Après tout, si une majorité de joueurs ne feront certainement pas cas de ces petits ralentissements, certains PCistes un peu intransigeants pourraient bien montrer les dents et faire entendre leur grogne sur Steam. Reste que dans l'ensemble, nous avons eu une expérience fluide et agréable, même lors de nos sessions de capture avec Mirillis Action!, qui peut pourtant facilement mettre à mal les performances d'un jeu. Nous ne pouvons malheureusement rien vous dire des moutures Xbox One et PS4 puisque nous n'avons reçu aucune de ces deux versions, pour le moment du moins. Gageons qu'avec un framerate que l'on suppose locké à 30 images par seconde, la stabilité sera peut-être plus simple à garantir.



Verdict


En faisant passer au second plan certaines composantes importantes de l'univers Darksiders et en s'écartant de l'ambiance fantasy du second jeu, ce troisième volet de la série ne fera peut-être pas la joie de toute la communauté de fans, mais il n'en demeure pas moins très prenant. Parfois agaçant, quand on perd la vie un peu bêtement à cause des caprices de la caméra ou quand on tourne en rond un peu trop longtemps du fait de l'absence de carte, Darksiders III sait aussi brosser le joueur dans le sens du poil, grâce à son univers maîtrisé, ses combats dynamiques et sa direction artistique toujours aussi soignée. En décidant de développer un titre plus proche de l'épopée de War que de celle de Death, dans son approche du gameplay aussi bien que dans ses paysages, Gunfire Games tente sans doute de se rabibocher avec les fans de la première heure qui n'avaient pas totalement adhéré au second épisode de la franchise. Si l'on ne peut vous assurer que vous tomberez obligatoirement sous le charme, on peut au moins vous affirmer que l'aventure de Fury a des qualités à faire valoir, de celles capables de placer THQ Nordic comme un futur acteur majeur de l'industrie.


Les plus


+ Une DA réussie
+ Un level design qui ne l'est pas moins
+ Retrouver l’univers de Darksiders
+ Bande son solide
+ Système de combat efficace et technique
+ Progression toujours aussi motivante


Les moins


- La caméra problématique parfois
- La plateforme et les puzzles en retrait
- Le level design plus étriqué ne plaira pas à tous
- Le framerate n’est pas parfait sur PC

Gameplay #1 (PC - 1880p)
Gameplay #2 (PC - 1880p)
Séquences variées (PC - 1440p)
Gameplay #3 (PC - 1880p)
Boss Avarice
La paresse (boss) (PC - 1440p)
Abysse de force (PC - 1440p)
Abysse de force #2 (PC - 1440p)

Tous les commentaires

Page 1 2 >>
Commentaire du 26/11/2018 à 12:23:00
Techniquement daté.
Commentaire du 26/11/2018 à 12:26:37 En réponse à Keninou
Les autres l'étaient aussi à leur sortie et ça ne les empêchait pas d'être de bons jeux. Personnellement, je m'y ennuie moins que dans un Spider-Man. :p
Commentaire du 26/11/2018 à 12:43:42
Est ce quand meme plus joli que le 2?
Commentaire du 26/11/2018 à 12:53:34
Je vais le prendre. Adoré le 2er, fini 2 fois à 100%. Le second je suis arrivé à la quasi fin au donjon final mais j'ai laissé tomber. Merci pour ta review Drift :)
Commentaire du 26/11/2018 à 12:58:55 En réponse à Keninou
Heureusement la DA rattrape quand même beaucoup la technique. ^^

Merci pour la review. :D
ça sera pas pour tout de suite, mais je garde un oeil dessus, ayant plutôt apprécié les deux premiers. Je suis assez content que ça revienne à une formule plus proche du premier, le second était pas mauvais mais se perdait un peu, surtout sur la fin.
Commentaire du 26/11/2018 à 13:14:15
Un peu chagriné que l'aspect plateforme/énigme soit plus en retrait; néanmoins cette review me rassure sur l'ensemble. J'ai clairement pas le temps, mais je suis bien motivé à lui trouver un créneau à l'occaz. Ça fait plaisir de retrouver l'univers Darksiders! D'ici là, si tu peux compléter ton avis sur l'intrigue ^^...l'air de rien l'histoire de fond m'intéresse (et c'était une déception du 2 qui n’avançait pas beaucoup). J'imagine que niveau durée de vie on est dans la lignée des précédents.

Keninou> Moui et non. Ça ne rivalise pas techniquement avec les gros morceau il y a pas de doute, mais c'est loin d'être à la ramasse. Et en plus la DA et le style de jeu rendent la série vraiment très plaisante. En tout cas j'adhère à ce qu'on voit là! ^^
Commentaire du 26/11/2018 à 13:15:43
Tout vu tout lu parce que je suis un grand fan de la licence même si c'est daté techniquement.-_-
Bref je suis un peu fébrile avec ce troisième opus déjà au niveau de la DA que je trouve beaucoup moins spectaculaire effectivement vu que ça se passe sur Terre ils peuvent se permettre moins de chose mais bon en voyant les vidéos il y a rien qui m'a scotché et ça va être un peu rude de passer du 2 à ça.J'ai l'impression quand même que l'absence de Madureira se fait ressentir.
Je l'ai relancé il y a peu ce Darksiders 2 est pfiouu que c'est beau,là je trouve qu'on redescend d'un étage pour ce qui est des décors.:/

Un peu ennuyer aussi par la disparition du loot ça m'amuser bien d'avoir tout un panel d'armures et d'armes très classes.
Mais bon tu semble avoir passer des bons moments malgrés ça donc je finirai par fouetter ma manette.
Merci Driftwood.
Commentaire du 26/11/2018 à 13:34:42
Bah je vais forcement l'acheter... et visuellement c'est plaisant, meme si techniquement c'est pas le dernier God Of War, mais la DA etant ce qu'elle est pas besoin de reflets partout, etc... ils ont mis leur energie dans autre chose que la tech. Le LD, la DA, l'accessibilité et le fun. C'est du tout bon
Commentaire du 26/11/2018 à 15:08:24
Au fait, petite coquille ici:

"qui s’inscrit dans une feuille de route bien établie depuis quelques années années maintenant. "
Commentaire du 26/11/2018 à 16:23:22 En réponse à GTB
Ah oui et c'est Vigil Games, par Virgil. :3
Commentaire du 26/11/2018 à 18:13:25 En réponse à Bigquick
C'était en hommage à jvfr.
Commentaire du 26/11/2018 à 20:16:07
Quatre boss sur sept en seize heure ? Jolie la duree de vie !
Commentaire du 26/11/2018 à 22:26:02
Bon bah j'ai craqué avec la version OneX :)
Commentaire du 26/11/2018 à 23:14:25
Je l'ai préco sur X il y a qqes jours et hâte de m'y mettre (faut que je termine mon jeu actuel quand même...).

Bonne nouvelle ce retour au source, le second était bien mais la fin partait sur des longueurs inutiles comme dit un commentaire plus haut.

Et Merci pour la review, même partielle. À vrai dire je ne m'attendais pas à en voir une, tellement certains jeux ont monopolisé l'actu ces deniers temps, certes à raison.
Commentaire du 26/11/2018 à 23:40:48
Wtf l'intro en VF et après le jeu en VO sans changement possible..... Premier couac.
Commentaire du 27/11/2018 à 01:19:23 En réponse à Dazman
Il y a pas mal de bug apparemment dont la Vf qui saute sur One mais le jeux est bien en Français.
C'est pour ça que j’achète plus de jeu en day one je laisse faire les béta testeurs avant.:p
Commentaire du 27/11/2018 à 01:24:59 En réponse à face2locust
Mais c'est clair, à part de rares jeux comme RDR2 ou je me dis Rockstar c'est clean en day one (bon c'était pas tant le cas que ça), je prend plus rien en day one.

T'attends t'as:
Le jeu débuggé/patché.
Le jeu à 15€ au lieu de 60€.

Et si t'attends encore +:
Le jeu + DLC = goty edition à 15€... :D

D'ailleurs ça devient n'imp, Fallout 76 vendu à Leclerc hier 26€ alors que le jeu a genre 10 jours... Merci aux early adopters quoi. :(
Commentaire du 27/11/2018 à 01:43:07 En réponse à xdr
On dit plu early access,on dit version deluxe ou prenium vendu +70€.:D
Commentaire du 27/11/2018 à 05:28:46
Je termine le 2 en ce moment, la DA (royaume des morts) est un truc de malade quand même .Je vais prendre le 3ème mais quand même xdr le souligne...pas tout de suite^^
Commentaire du 27/11/2018 à 09:19:27
C'est devenu un Dark Souls ce Darksiders. Je suis en mode normal car j'ai pas voulu faire le Dazmode et bien je me fais rosser méchamment mais une fois le game play en place ça va déjà un peu mieux.... Je suis au second boss la :)
Commentaire du 27/11/2018 à 11:04:16 En réponse à Dazman
Daz? Sur console tu n'as pas trop de problème de framerate ? Car beaucoup sur les forums s'en plaignent... Merci
Commentaire du 27/11/2018 à 21:01:36
Non rien pour l'instant. La caméra est vraiment le gros problème.
Commentaire du 27/11/2018 à 21:48:26 En réponse à Dazman
Comment ca ?
Commentaire du 28/11/2018 à 02:01:08
La caméra est souvent mal placée et parfois je tape sans savoir où se situe l'ennemi.
Bon 3eme boss de battu mais je commence un peu à maîtriser.
Par contre il manque un truc crucial : une map.....
Commentaire du 28/11/2018 à 02:08:29
Premier contact assez peu engageant... Oui ça rame, sévèrement meme parfois, visuellement c'est pas terrible, cela me semble terne! (à tel point que je ne suis pas certain que les remaster mis à jour en 4k ne soient pas plus beaux que cet épisode)

Mais surtout c'est la jouabilité qui me dérange, déjà c'est très lent mais je trouve l'ensemble extrêmement rigide, comme si cette gente dame au caractère de cochon rangeait l'intégralité de son équipement dans un recoin ou le soleil ne brille jamais.

Et effectivement la caméra m'évoque les premiers jeux de l'ère psx ou les développeurs ne savaient pas encore comment gérer ce nouveau paramètre.

Bref j'ai peu avancé et je réserve mon jugement pour plus tard mais pour le moment je suis un peu douché.
Page 1 2 >>

A propos du jeu


Quoi de neuf ?
  • laukhy
    laukhy @GTB: merci (il y a 7 Heures)
  • GTB
    GTB @laukhy: dans la shout il suffit de coller ton lien ;). (il y a 10 Heures)
  • laukhy
    laukhy arf moi et les balises , désolé (il y a 11 Heures)
  • laukhy
    laukhy subnautica gratuit sur le epic store! [url]https://www.ham ster-joueur.com/subnautica-pc-mac-demat- autica-pc-mac-demat-vostfr-gratuit/[/url] vostfr-gratuit/[/url] ] (il y a 11 Heures)
  • JeanPote
    JeanPote J'avais pas du tout suivi pour ce Below, je viens de voir ça dans la shoot à l'instant. Hop ! Ca télécharge ! ^^ (il y a 11 Heures)
  • augur
    augur Le jeu "The Grand Tour" avec le moteur physique de Rfactor : [url] (il y a 12 Heures)
  • Bigquick
    Bigquick @GTB et @face2locust: j'ai créé un topic sur le jeu : [url] ^^ (il y a 15 Heures)
PreviousNext
  • Driftwood
    Driftwood Ce soir dès 21h00, une grosse couverture de Outlast 2 avec des vidéos, dont 2 GSY Offline pas piqués des vers. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rendez-vous à 18h pour notre preview audio de Watch_Dogs 2 accompagnée de vidéos maison. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du contenu sympatique à venir dans l'après midi sur GSY avec la première partie de notre dernier podcast et des vidéos d'un jeu très attendu de la fin novembre. :) (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Du gros contenu sur GSY dès 15h00 avec des vidéos preview de Deus Ex Mankind Divided et le podcast de juillet ! (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Rdv pour un rapide livestream dès 16h00. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Pas d'oeufs en chocolat sur GSY demain mais du Quantum Break dès 9h00. On ne vous prend pas pour des cloches. (il y a > 3 Mois)
  • Driftwood
    Driftwood Firewatch arrive en review à 19h00, sauf changement. (il y a > 3 Mois)
PreviousNext
A ne pas manquer